L’effondrement, la porte d’entrée de la réinvention.

ces-créatifs-qui-embellissent-le-monde
Ces créatifs qui embellissent le monde
octobre 4, 2019
Journées créatives à venir…
novembre 26, 2019
effondrement-porte-entree-reinvention

Image by auteur inconnu

L’effondrement, la porte d’entrée de la réinvention. Pourquoi?

Parce que

Tout peut (re)commencer quand tout s’effondre. Tout s’effondre parce que tout n’est pas aligné.

Emmanuelle Gabourg

Bienvenue dans mes coulisses. Dans ce billet j’avais envie de vous partager un extrait de ma vérité intérieure. Parce que ça peut toujours aider, inspirer. Parce que je mets de moins en moins de barrière entre qui je suis et ce que je fais. Cela peut aussi être le reflet de ce que vous vivez à un autre niveau et/ou faire écho en vous.

J’ai traversé ce qu’on appelle communément une zone d’ombre, une de celle qui vous rapproche de votre essence, de vos priorités. Flashback sur la fin de l’été et l’entrée dans l’automne.

Absence de foi, absence d’alignement

Perte de foi

Perdre la foi, j’imagine que vous connaissez ce sentiment. Je le connais bien, il s’invite souvent à moi, j’ai appris à l’écouter et comprendre ce qu’il voulait me dire. Il m’a permis d’enlever les couches du conditionnement pour me rapprocher davantage de mon identité profonde. Dans mon expérience, l’absence ou la perte de foi est le signe d’une absence ou d’une perte d’alignement dans ce qu’on est, dans ce qu’on fait. 

Perte de repères.

Dans ces moments, on peut se sentir perdu, nos repères se ramollissent, jusqu’à fondre complétement. A l’aube de débuter ma cinquième année de travailleur indépendant, j’ai perdu la foi, j’ai eu envie (une fois de plus) de tout arrêter. Oui mais à la question, pour quoi faire ? Je n’avais pas de réponse. Impossible de renoncer à apporter soutien et éclairage à ces autres, ces autres moi, mes clients.

Perte d’alignement.

Une partie de moi s’est bien sentie honteuse. Honteuse en moi-même d’être comme dans un paradoxe. De sortir du programme mentorship « Aligné » et ressentir pas plus de 3 semaines plus tard cette perte d’alignement intérieur accompagné de sa catharsis le 26 septembre 2019.

Il n’y avait pas de honte à avoir, car ma solution résidait dans ce paradoxe. 

L’événement déclencheur.

Lors de ce programme « Aligné », mené avec conscience, bienveillance et humanité par Séverine Perron et Laura Wencker, j’ai pleinement cheminé vers mon Essence.  

Intégration.

En partant de mes racines pour élaguer les branches mortes et secondaires de mon arbre de vie en passant par ce qui tient ma verticalité, mon tronc, ce qui n’est pas ou plus négociable avec moi et envers et contre moi-même. Un programme de 3 mois, dans lequel était inclut un workshop de 5 jours. Un temps pour faire un pas de coté, un temps de réflexion intérieure, de pratiques de rituels ancestraux pour reprendre racine en soi et (ré) apprendre à se nourrir et se donner physiquement, au travers de pratiques yogiques et méditatives et énergétiquement au travers de voyages chamaniques et d’ancrages créatifs.

Désintégration.

L’énergie de ces 5 jours au cœur de la nature, comme un concentré du travail mené les 3 mois précédents m’a permis de contacter un alignement intérieur qui s’est vu morcelé en l’espace de 3 semaines par le retour à la vie quotidienne. 

En réalité, l’énergie de cet alignement contacté et engrammé est venu pulvérisé tout ce qui ne l’était pas, ne l’était plus. La digue avait rompu. C’était le résultat de l’intégration de ce travail dans mes cellules au plus profond de mon corps physique et de mes corps éthériques. 

Accepter et aimer ses « petites » morts pour renaitre

Le 26 septembre 2019, je suis morte à moi-même. Je suis morte à mon édifice, mon système. Celui qui constituait l’ultime rempart qui me maintenait encore dans l’illusion de moi-même. Celle qui me permettait de (sur) vivre mais pas d’exister.

La face cachée.

Quand je dis « ultime », je veux bien croire a une incruste de mon mental-égo qui ne veut pas croire que malgré tout le travail accompli sur moi, tout au long de cette vie j’en étais rendue là !

Moi, celle pour qui l’exploration de la psyché est si aisée. Oui, en ce qui concerne les autres. Parce que pour moi se mettre au service l’autre c’est facile, naturel, gratifiant, excitant ! Quand il s’agit de soi, l’égo œuvre a son travail de sape et ouvre une voie royale de contournement. 

J’en ai été réduite à me dire que j’avais mené une belle partie de cache-cache avec moi- même malgré les fenêtres thérapeutiques ouvertes au cours de ma vie. Alors oui pour les autres c’est facile ! Pour soi on n’a pas toujours envie d’y aller, c’est purement inconscient et c’est incroyablement puissant. J’ai donc accepté consciemment de mourir en sortant de ma cachette, en acceptant ce mensonge que je me suis servie à moi même toutes ces années.

Ce matin là, échapper à la vague décapante qui se profilait n’était pas possible. 

L’effondrement.

J’entends cet appel de mon âme à me dire « laisse faire, tu peux accueillir ce qui arrive, tu peux traverser cette lame venue tout droit du fin fond de tes abysses ». Alors j’ai lâché prise.

La digue a cédé, l’eau s’est engouffrée. En une fraction de seconde, j’ai vu, j’ai compris, j’ai intégré en simultané! Ma vie ne sera plus comme celle d’avant, je ne serai plus jamais la même.

J’ai vu la force de mon égo, la structure sur laquelle je me suis efforcée de me construire. J’ai compris que tout était en train de s’écrouler, que tout cela ne pouvait plus perdurer. Dans le même temps, j’ai intégré le téléchargement de mon nouveau logiciel car j’ai accepté de laisser mourir cette part de moi. La structure s’est effondrée, le prisme s’est dissout. Volontairement, j’ai fermé mes yeux et tous mes sens aux fausses conséquences que mon ego apeuré aurait pu commencer à fabriquer dans mon mental. Je me suis déposée au point zéro et j’ai accueilli le vide. Ma force a été de ne pas ramener d’égo dans cette descente, pour ne pas survivre à cela.

Laisser partir ce qui doit pour accueillir ce qui est

Je le savais depuis toujours. J’ai accepté de mourir à cela car j’étais prête, c’était le moment. J’ai craqué ma matrice d’origine, celle avec laquelle je me suis incarnée. Celle que je pourrai nommer la matrice de la dépendance, envers ces autres, envers ce système que je me suis construit pour (sur) vivre.

Le travail source.

Ce travail, je l’ai initié entre février et mai 2018 au centre des arts holistiques à Paris avec Pascale de Gail Athis auprès de 5 autres sœurs de voyage.  

C’était le 1er niveau de psycho-biologie quantique. J’y suis allée avec mon armure extérieure, intérieurement j’étais démolie par ma récente séparation, mais je ne voulais pas l’accepter. Parce que ça m’encombrait, parce que ce n’était pas le moment. Durant ce stage, j’ai appris, j’ai beaucoup pleuré mais je ne voulais pas vraiment accepter.

D’ailleurs, Pascale nous avait dit qu’elle ne voulait pas nous revoir avant minimum 1 an avant d’embrayer le niveau 2. La bonne élève en moi n’y croyait pas. Je ne voulais tellement pas comprendre que je n’ai d’ailleurs pas compris cette phrase d’elle à mon égard « Emmanuelle fais attention et prends soin de toi, tu es sur une matrice particulière ». A ce moment je me suis dis « comme tout le monde et je vais gérer ».

Ce n’est que 16 mois après j’ai compris cellulairement ce que cette phrase voulait dire. Mon corps l’a comprit et exprimé. Le 26 septembre 2019, tel un poisson dans son bocal je me suis retrouvée projetée dans l’océan, sans bords auxquels me raccrocher. Fin d’un deuil, fin d’une programmation, fin d’un cycle, fin d’une matrice, fin d’une vie.

Renaître, se choisir et se réinventer

De cette renaissance, je béni mon âme à présent d’occuper encore une plus grande place à l’intérieur de moi. Bien qu’on ne veuille pas toujours l’accepter, car c’est le plus difficile, nous sommes et arrivons programmés pour être ce que nous devons être. Ce sont nos résistances et la difficulté à sortir du troupeau normatif qui nous coute ou nous culpabilise. A ne pas vouloir entendre, l’expérience se représente de façon plus marquante pour accepter l’inacceptable et pourtant au combien salutaire.

S’effondrer dans l’histoire que l’on s’est racontée pour vivre, autrement dit traverser ses zones d’ombre fait parti du processus d’évolution. L’être émotionnel que je suis n’est pas plus courageux qu’un autre pour vous faire le récit de cela. Pour moi il s’agit juste de vous faire part d’une de mes évolutions. Quand bien même j’accompagne ou je guide d’autres j’en suis pas moins humaine qu’eux et je sais qu’en vous le partageant, je dépose quelque chose à l’intérieur de vous.

Se choisir.

Alors, au sortir de cette nuit noire de l’âme vécue en plein jour et en pleine conscience, je renouvelle du haut de cette nouvelle vibration mon vœu d’être moi, quoi qu’il arrive et quoi que cela me coute. De me choisir, car de toutes façons je ne perds rien, je gagne toujours a me rapprocher de mon essence. Ayez de la gratitude pour vos nuits noires de l’âme, vos effondrements, vos parts d’ombre car c’est la porte d’entrée de votre alignement, la porte d’entrée de votre transition vers votre juste incarnation. Je vous souhaite de faire ce vœu à chaque traversée de « darkside ».

Se réinventer.

Si vous êtes à l’aube d’un effondrement ou que vous en sortez et que vous souhaiteriez cheminer à mes cotés pour bâtir votre nouvel « édifice », réinventer votre activité en lui donnant plus de champ et de profondeur, écrivez-moi, je serai ravie de vous accompagner sur ce chemin de transition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *